• Instagram
  • Facebook

©2019 by Praticien en sophrologie et hypnose. Proudly created with Wix.com

Le deuil

Le deuil est un processus qui suit la disparition d'un être cher, d'une situation ( Perte d'emploi, Annonce d'un cancer,...), d'un objet (Déménagement,...) . Il se caractérise par un sentiment de tristesse et une souffrance face à cette perte . Le deuil se décompose généralement en plusieurs phases, chacun traverse le deuil à son rythme et à sa façon.

1 - Choc et déni
Passée une courte phase où la personne endeuillée est comme submergée par l’annonce de la disparition de l’autre – perte plus brutale encore lorsqu’elle n’était pas prévisible – qui la laisse sans émotion apparente, comme en état de sidération, survient le déni. Réaction temporairement salvatrice à une douleur insurmontable, le déni est la négation de faits qui se sont pourtant produits mais impossibles à intégrer. La personne croit à une illusion, un cauchemar, et refuse de seulement considérer l’information qui lui est donnée. C’est une phase brève, mais qui peut se révéler lourde de conséquences si la personne est incapable d’y mettre fin.


2 - Colère
Avec la prise de conscience de la réalité de la nouvelle survient la phase de colère, où la personne se révolte contre ce qu’elle ressent comme une injustice. Elle peut trouver un exutoire en désignant un responsable. C’est une étape extrêmement douloureuse et délicate à traverser, où s’expriment de fortes contradictions internes : accusations, sentiment de culpabilité, particulièrement si la personne survivante se reproche de n’avoir rien pu faire pour empêcher le décès de l’autre.


3 - Négociation
Frustrée, la personne en deuil tente irrationnellement de « marchander » le retour du disparu. Confrontée à l’irréversibilité des choses, elle va entrer dans la phase plus ou moins longue de la dépression.


4 - Dépression et douleur
En venant à reconnaître que la perte a bien eu lieu, la personne en deuil sombre dans la déprime, la dépression. Incapable d’affronter le quotidien, passive, elle ne voit aucune issue à sa souffrance. Cette phase du deuil, si elle stagne trop longtemps, doit alerter sur un éventuel état pathologique.


5 - Acceptation
Survient enfin un moment où la personne déprimée trouve en ses ressources propres, ou avec un accompagnement, la force de sortir de sa douleur et son isolement. Prenant de la distance avec son chagrin, elle s’interroge sur des moyens de se reconstruire ; elle reprend des activités et recherche la présence des autres. La réalité est admise. La personne peut réintégrer le cours de sa vie. Il y aura eu un avant, et il y a un après. Elle a compris qu’elle peut vivre en n’étant plus la même, sans oublier jamais l’être absent .

 


Le travail de deuil sera plus ou moins long, plus ou moins douloureux, selon les circonstances du décès, l'âge du défunt, l'âge de la personne endeuillée. Perdre une personne âgée, à l'issue d'une maladie, laisse encore le temps d'une préparation, tout autant matérielle que psychologique.
Lors d'une disparition brutale, c'est toute la vie quotidienne, dans ce qu'elle a de plus basique, qui se trouve remise en question du jour au lendemain. Dans les premiers temps, cela laisse peu de place au travail de deuil proprement dit. Ce n'est que plus tard, après avoir géré l'urgence, que l'entourage va alors réaliser et devoir s'habituer à l'absence.

 

L'accompagnement  en sophrologie ou hypnose du deuil permet d'aider une personne bloquée dans une étape à en sortir ou de gérer au mieux ses émotions au quotidien. Cela peut être en complément d'un soutien médical.

Souvent les personnes pensent qu'un travail sur le deuil veut dire oublier, bien au contraire c'est l'occasion de découvrir toute la richesse des instants passées et de continuer vers un avenir enrichi de tout cela.